DVONN

DVONN se joue en deux phases. La première consiste à placer chacun son tour ses propres pions sur une case libre du plateau mais en commençant par les trois pions DVONN, les pions rouges. La deuxième phase est une phase de mouvement où il faut déplacer en ligne droite une de ses piles d’autant de cases qu’elle comporte de pions. Un pion seul se déplacera donc d’une case. Le propriétaire d’une pile est déterminé par la couleur du pion au sommet de celle-ci. On ne peut jamais s’arrêter sur une case vide et il est interdit de déplacer une pile ou un pion qui est totalement entouré par d’autres. Tous les pions ou piles qui ne sont plus connectés d’une manière ou d’une autre à un pion DVONN sont immédiatement retirés du plateau et retournent dans la boite du jeu. Lorsque plus aucun coups n’est possible on compte les points en empilant toutes ses piles les unes sur les autres. Celui qui a la plus grande tour gagne.

La mobilité sera ici encore la notion stratégique la plus importante de DVONN. Moins votre adversaire aura de coups possibles et plus la partie tournera à votre avantage. N’oubliez pas que plus les piles sont hautes moins elles peuvent bouger. N’hésitez pas à prendre possession des pions DVONN et à les déplacer pour éliminer une majorité de pions adverses. Donnez vous de l’air tout en étouffant les pions adverses. La notion de gote/sente venue du GO existe également ici et ne vous précipitez pas à jouer des coups non-prioritaire lorsque vous avez l’initiative. Ne sous-estimez pas la première phase de jeu qui n’est pas une simple mise en place. Etc … Etc … Tant de choses à dire sur ce formidable jeu inépuisable.

DVONN est le quatrième jeu du projet GIPF, une superbe série de jeux abstraits sortis dans les années 90/2000 par le créateur génial Kris Burm. Et tout comme les autres de la série, DVONN est un chef d’œuvre. Un jeu épuré, des règles simples, des mécanismes naturels, un matériel très agréables (encore un peu mieux dans la dernière édition), et des aspects tactiques et stratégiques pas seulement riches et profonds, mais surtout facile à appréhender (voir le guide stratégique sur BàJ). La parfaite recette qui fait de DVONN un des jeux auquel je joue le plus et très certainement le jeu abstrait moderne que je préfère.

Edition : Huch & Friends 2016

This entry was posted in Ma ludothèque. Bookmark the permalink.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *